Excision de la Pierre de folie, d’après Bruegel l’ancien

Fourmillant de détails truculents, ce panneau emblématique des collections du musée Sandelin est une copie d’un original disparu de Pieter Bruegel l’Ancien. Peint après 1557, l’Excision de la pierre de folie met en scène la pratique charlatanesque qui consistait à retirer de la tête des personnes atteintes de folie la pierre que l’on croyait à l’origine du mal.

Au sein d’une échoppe et sous l’œil ahuri d’un groupe de personnages attendant leur tour, un chirurgien vêtu de noir est en train d’opérer un patient à l’aide de tenailles pendant que ce dernier se débat et plante ses doigts dans l’œil d’un assistant qui tente de le maitriser. A gauche, un autre patient qui tient les pièces destinées à payer son opération, a retourné sa chaise et essaie néanmoins d’échapper au personnage s’appliquant à lui entailler le front à l’aide d’un couteau. Au fond de la scène, un personnage nu et bandé à la tête laissant supposer qu’il vient d’être opéré, défèque, trahissant l’inefficacité du traitement.

Dépeinte avec humour et cruauté, le sujet semble trouver son origine dans le tableau de Bosch intitulé la Cure de la folie (ou Opération burlesque), peint vers 1490 et conservé au Musée du Prado de Madrid.