Un musée de collectionneurs

Les collections du muséum Henri Dupuis, telles qu’on peut les voir actuellement, se composent essentiellement des fonds de conchyliologie, d’animaux naturalisés (ornithologie à de rares exceptions près), de minéraux, de fossiles et de matériel archéologique préhistorique. Leur origine est assez diverse. Plusieurs donations constituent l’essentiel des fonds. Celle de Charles Van Kempen en 1921 (20 000 spécimens d’oiseaux à l’origine), celle de Henri Dupuis en 1888 (bâtiment du musée, oiseaux, minéralogie et arts décoratifs).

Henri Dupuis, grand collectionneur audomarois du 19e siècle

Le musée Henri Dupuis est installé dans l’ancien hôtel particulier de Henri Dupuis lui-même (1819-1889), figure audomaroise, qui fut de son vivant le plus important collectionneur de la cité.

Savant des choses de la Nature, curieux du monde, amateur d’art et fervent catholique, Henri Dupuis s’employa sa vie durant à accumuler toutes sortes de spécimens naturels issus des quatre coins du monde. Célibataire et rentier, il consacra toute sa fortune et une bonne partie de son temps, à la collecte, en mandatant des explorateurs pour lui ramener les objets désirés et en aménageant sa maison pour l’exposition de sa collection.

Aussi, au fil des années, et tout particulièrement dans les vingt dernières années de sa vie, Henri Dupuis parvint-il à réunir des dizaines de milliers d’objets : coquillages, fossiles, oiseaux naturalisés, peintures, objets d’art, orfèvrerie, faïences européennes et porcelaines asiatiques, transformant son hôtel en véritable cabinet de curiosités.

A sa mort en 1889, il légua à la Ville sa demeure et l’ensemble de sa collection pour « être utile à tous, surtout à la jeunesse », avec le souhait que ses collections soient présentées au public, pour améliorer la connaissance des audomarois sur le patrimoine flamand et sur les naturalia.

Le musée Henri Dupuis

La naissance du muséum d’histoire naturelle de Saint-Omer

Le musée ouvre ses portes en 1894, cinq ans après la mort d’Henri Dupuis. La société des Antiquaires de la Morinie assurait alors des permanences pour l’ouverture au public de 14h à 16h les après-midi des dimanches d’hiver et de 14h à 17h les après-midi des dimanches d’été. Le musée était alors fidèle à la présentation conçue par Henri Dupuis lui-même, avec notamment les immenses vitrines remplies de coquillages.

Une nouvelle répartition des collections entre les musées

En 1950, une nouvelle répartition des collections des deux musées de la ville est décidée. Cette opération vise à affirmer l’identité de chaque musée : les collections de Beaux-arts et d’arts décoratifs sont regroupées au musée de l’hôtel Sandelin, tandis que le musée Henri Dupuis est entièrement consacré à l’histoire naturelle, avec l’exception notable de la cuisine flamande.

Un musée plus didactique

Dans les années 1970, des dioramas sont aménagés au rez-de-chaussée pour présenter de manière plus réaliste et vivante une partie des collections d’oiseaux naturalisés. Une sélection a été faite parmi environ 4000 spécimens provenant en partie du fonds ancien du musée Sandelin et de la collection Ch. Van Kempen donnée en 1921. Le bureau d’Henri Dupuis, la cuisine flamande et la salle des coquillages demeurent dans leur présentation originale.

Valorisation des collections à la suite de la fermeture du musée

Le musée Henri Dupuis est fermé au grand public depuis 2007, le bâtiment n’étant plus conforme aux normes d’accueil. L’équipe des musées de Saint-Omer poursuit cependant le chantier des collections, dans la logique de conservation stipulée par le label des « Musées de France ». Elle travaille assidûment pour récoler, restaurer et mettre en valeur les collections depuis de nombreuses années.

Afin de faire profiter le public de ce travail considérable, divers projets ont été mis en place au sein du musée Sandelin, lors des Journées européennes du patrimoine ou de la Nuit européenne des musées, mais également dans le cadre d’exposition hors-les-murs dans les communes de la CAPSO. Ces collections sont également mises à l’honneur à travers des expositions temporaires d’envergure.

En 2018, l’exposition Lumière minérale a permis de présenter une partie de la très riche collection de minéraux (un gros millier d’items). Née d’une rencontre entre deux collections séparées par plus d’un siècle : celle d’un particulier, Olivier Fumery, et celle de la ville de Saint-Omer, cette exposition proposait aux visiteurs d’observer l’esthétique des minéraux, aux superbes éclats et aux multitudes de formes, mais également de s’interroger sur les couleurs de ces roches, liées à leur composition cristalline et la diffusion de la lumière.

La ville de Saint-Omer et l’équipe de ses musées célébreront bientôt le bi-centenaire de la naissance d’Henri Dupuis en 2019, à travers une exposition d’envergure prévue du 14 février au 16 août 2020 et intitulée Henri Dupuis, deux cents ans de passion. Un teaser de ce projet sera proposé lors des Journées européennes du patrimoine 2019.