Divinités et immortels (27 oct. 2021 > printemps 2022)

Divinités et immortels (27 oct. 2021 > printemps 2022)

Sept divinités du bonheur ou d’autres immortels repris au Taoïsme…

Le Bouddhisme est à l’origine des plus anciennes peintures conservées au Japon. Devenu religion nationale aux 7e-8e siècles, il s’est accommodé de la présence des dieux japonais antérieurs, qui ont été intégrés à son panthéon, de même que d’autres en Chine. On y retrouve donc un syncrétisme des divinités d’origines indienne, chinoise ou japonaise.

Le musée Sandelin ne conserve pas de peinture bouddhique stricto-sensu, mais un ensemble d’œuvres consacrées aux sept divinités du bonheur ou d’autres immortels repris au Taoïsme, reconnaissables à leurs différents attributs (crapaud, maillet, sac de riz, etc.).

Une rotation du fond d’art graphique japonais du musée est proposée régulièrement autour d’un thème différent.

Un série d’expos-dossier sur le fonds japonais

Le musée Sandelin possède un remarquable fonds japonais principalement du 19e siècle, les plus anciennes pièces datant du 17e siècle. On y trouve 41 peintures sur papier et 175 estampes (dont 2 recueils), parfois signées des noms les plus célèbres, tels que Hokusaï (1760-1849), Hiroshige (1797-1858) ou Kuniyoshi (1798-1861).

Une rotation de ce fonds est proposée régulièrement autour d’un thème différent. Cela permet de concilier sa présentation au public et sa conservation. En ce moment, une sélection d’estampes autour du thème des divinités et des immortels est proposée pendant 6 mois.

Liste des anciennes expos-dossier :

  • 2 mai > 27 octobre 2019 : Les derniers Samouraïs
  • 30 octobre 2019 > 3 mai 2020 : Le théâtre japonais
  • 30 mai > 31 octobre 2020 : Les Bijins, l’art de la beauté
  • 19 mai > 24 octobre 2021 : Bambou et Tanuki